Parution magazine Hydrogène Plus

Le magazine Hydrogène Plus fait un zoom sur H2X Ecosystems dans son numéro de Juin-Août 2021.

Créer un système énergétique territorial complet pour un coût d’usage maîtrisé et bas carbone, telle est l’ambition de la société H2X Ecosystems, déjà mise en oeuvre à Redon. Un déploiement qui implique de repenser entièrement notre modèle énergético-économique.

 

Cadre et perspectives
 

H2X Ecosystems propose aux territoires de créer un écosystème complet alliant déploiement d’énergies renouvelables, réutilisation des effluents pour la production d’hydrogène renouvelable, jusqu’à ses usages, dont celui de la mobilité décarbonée. La valorisation territoriale des coproduits gazeux de l’électrolyse est aussi envisagée pour chaque écosystème. Pour son président, Stéphane Paul, il est important d’avoir une maîtrise sur l’ensemble du système. « Nous proposons les électrolyseurs PEM à partir d’énergies renouvelables, une solution de distribution de l’hydrogène avec des stations off-grid avec réservoir amovible pour un usage en mobilité ou stationnaire ; nous proposons également des convertisseurs DC/DC pour des puissances de 500 W à 5 kW. Nous avons aussi développé un générateur électrique Shyva (350 kW), pouvant servir pour des applications sur réseau électrique ou pour une servitude stationnaire ou mobile (bateau, etc.), qui va être aussi utilisé au Maroc pendant le Rallye des gazelles. Nous sommes attentifs à toutes les sources de production d’électricité renouvelable (éolien, photovoltaïque, etc.). Nous réalisons également une veille sur les innovations (énergie de la houle par exemple). Par ailleurs, nous avons développé notre propre pile à combustible de 5 kW, couplée à notre réservoir connecté Amphyra. De plus, nous travaillons également sur une voiture hybride solaire/hydrogène, légère (600 kg) qui peut parcourir 500 km avec 700 g d’hydrogène. Elle fait partie intégrante de notre approche territoriale énergétique puisque sa faible consommation la rend économiquement performante, avec à la clé une autonomie de déplacement, sans émissions de carbone et sans pollution environnementale (air, bruit, etc.). »

 

 
Repenser le modèle énergétique
 

H2X Ecosystems rend accessibles l’énergie et la mobilité respectueuses de l’environnement pour tous. Grâce à une voiture hybride fonctionnant à la fois à l’énergie solaire et à l’hydrogène, plus besoin de bornes de rechargement pour
se déplacer où l’on veut. « Notre ambition : recréer de l’activité industrielle durable et redonner de l’attractivité aux villes situées dans les territoires peu denses. Nous pensons qu’il nous faut revoir notre modèle énergétique pour passer d’un système vertical centralisé de haut en bas à un modèle de production/consommation locale de bas en haut. Notre véhicule en développement et un prix (de production) du kilo d’hydrogène de 10 euros aujourd’hui, avec une perspective de 6 euros à moyen/court terme, permettent de rendre notre modèle économique viable et créateur de valeurs réelles.
Les communes de l’agglomération de Redon, qui ont créé la société Mhoove pour porter le projet, témoignent aujourd’hui positivement de cette expérience qui a pour vocation d’être multipliée sur tous les territoires. Le modèle économique d’H2X Ecosystems est basé sur le partage de valeurs avec toutes les parties prenantes. H2X Ecosystems associe une production d’hydrogène et des services de mobilité et de livraison : voitures en libre-service, avec ou sans chauffeur, livraison. Nous voulons rendre accessibles l’énergie et la mobilité respectueuse de l’environnement pour tous. Notre métier est d’assembler les techniques permettant la mise en place d’une énergie territoriale à coûts abordables. L’objectif est aussi que les composants de ce système viennent de France, avec l’idée de recréer une valeur territoriale et non pas de faire des systèmes dépendants de subventions de l’État. Nous travaillons donc avec des professionnels de Brest et de Quimper notamment, mais aussi d’autres régions de France. Et nous apportons la preuve que l’on peut faire de l’hydrogène décarboné français autoconsommé directement sur place. L’idée est aujourd’hui de passer à la vitesse supérieure avec de vrais écosystèmes financiers et avec une redistribution des dividendes sur les territoires. »

En lien avec cet article